Enseigner la démarche critique – à destination du ministère de l’Education nationale

L’ASTEC est partenaire du travail ci-dessous réalisé par Louis Gleyo, lycéen. Denis Caroti du CORTECS a apporté une aide technique. Nous-même avons participé avec des relectures et quelques commentaires, et nous hébergeons aujourd’hui ce rapport afin de le faire connaître et que des contributions externes viennent l’enrichir ou le modifier.


 

Cette nuit (du 3 au 4 juillet) a été soumise au vote la Loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information. Le texte, dont le rapporteur est le député Bruno Studer, propose notamment une régulation des médias — en particulier étrangers — et une lutte contre les « fausses informations » sur le plan juridique.

Ce projet ne fait pas l’unanimité. La définition de “fausse information” est déjà problématique, l’ambition de sanctuariser les périodes d’élection sans promouvoir un travail de fond l’est également. Mais surtout l’absence d’un volet “éducation” ambitieux dans cette loi peut surprendre : une réponse punitive est-elle la seule possible ? A-t-on vraiment tout tenté à l’école, au collège, au lycée, pour lutter contre la manipulation à sa racine ?

Si les efforts faits par les gouvernement successifs en matière d’éducation à l’information sont salutaires, de nombreuses améliorations sont possibles. C’est pourquoi nous rendons aujourd’hui public un document (téléchargeable en format pdfrecensant un ensemble de propositions (non-exhaustives) pour une meilleur éducation à l’esprit critique. Nous proposons également une version Google Docs du document (accessible en cliquant ici), pour que chacun puisse faire part de ses critiques et de ses suggestions, dans le but d’améliorer la version actuelle.

 

NOS PROPOSITIONS

Étant donné l’absence de méta-analyses (analyse de toutes les études réalisées) en France sur l’introduction d’ateliers d’apprentissage de l’esprit critique en France, nous suggérons dans un premier temps de lancer une politique de soutien de l’initiative enseignante, de recherche et de réformer la formation initiale et continue. Le nombre d’approches possibles encore inexplorées pousse à penser que des méthodes efficaces existent et n’attendent que d’être relevées et soutenues. Il conviendra de traiter des meilleures applications « concrètes » possibles dès lors que nous disposerons des ressources humaines et des données scientifiques utiles à une mise en place réfléchie.

 

LANCEMENT D’UNE MISSION SUR L’ENSEIGNEMENT DE L’ESPRIT CRITIQUE

Tout d’abord, nous recommandons le lancement d’une mission ministérielle ou parlementaire portant sur l’enseignement de l’esprit critique en France et dans le monde. Cette mission, qui devrait être coordonnée par un laboratoire et en partenariat avec des associations comme La Main à La Pâte, aura pour but de dégager des pistes d’expérimentations pour enseigner la démarche critique. Nous pouvons identifier trois objectifs d’une telle mission :

  • Dégager une liste de compétences et connaissances liées à l’enseignement de l’esprit et de la démarche critiques, pour clarifier et formuler le contenu d’un éventuel programme. Cette liste servira de points de repères pour des expérimentations, qui devront être évaluées selon l’acquisition des différents items. Les travaux de Jacques Boisvert peuvent servir de base, mais il faudra les approfondir. Nous insistons sur l’importance d’une telle étape.
  • Déterminer un ensemble de principes, orientations et méthodes qui ont fait leur preuve (suivant les critères évoqués ci-dessus), pour guider les enseignants souhaitant lancer une expérimentation et pour que les inspecteurs et conseillers pédagogiques puissent apporter un soutien technique aux professeurs volontaires.
  • Évaluer les dispositifs d’enseignement de la démarche critique déjà inscrits dans les programmes (voir État des lieux), selon le même procédé que les initiatives.
  • Établir une liste d’initiatives enseignantes liées à la démarche critique et de ressources existantes. Cet objectif a déjà été en partie réalisé par l’appel à contributions lancé en 2016.

 

RÉFORME DE LA FORMATION INITIALE DU CORPS ÉDUCATIF

L’enseignement de la démarche critique aux nouveaux enseignants est essentielle pour ambitionner une transmission des connaissances et des compétences liées à l’esprit critique. Nous détaillerons dans les paragraphes ci-dessous nos suggestions pour réformer la formation des nouveaux enseignants.

 

Ajout d’une 15ème compétence au tronc commun des masters MEEF

Nous proposons l’ajout d’une 15ème compétence au tronc commun des Masters MEEF :  « Appliquer et transmettre la démarche critique au sein des enseignements », afin d’inscrire définitivement l’enseignement de l’esprit critique comme une mission de tout diplômé du CAPES souhaitant exercer dans l’Éducation Nationale. L’ajout de cette compétence devra s’accompagner d’une modification des programmes de ces Masters.

 

Modification du programme des masters MEEF 1er  et 2nd degré, concours

La récente convention signée le 29 décembre 2017 entre l’État et la CDC/PIA sur les « ESPE du futur » marque une volonté d’innovation dans la formation des enseignants. Il s’agit d’une occasion sur laquelle s’appuyer pour réformer également le contenu des enseignements, et d’expérimenter de nouvelles façons de le transmettre.

 

Premier degré

Nous proposons de former tous les futurs professeurs des écoles à animer des ateliers de philosophie pour enfants. Les études sur le sujet tendent à montrer que la mise en place de discussions à visée philosophique en primaire, à raison d’une heure hebdomadaire pendant un an, a pour effet non seulement de stimuler le développement cognitif des élèves mais également de favoriser l’intégrité intellectuelle de ces derniers : ils seraient alors plus ouverts d’esprit, plus à l’aise face à la complexité et seraient plus enclins à rechercher la vérité, ce qui les prédisposent à un plus grand esprit critique.

Les épreuves du CRPE intègrent déjà un entretien portant en partie sur l’épistémologie. Cependant, aucune épreuve ne porte sur la documentation aux médias ni sur la recherche documentaire. Nous suggérons l’intégration d’une épreuve sur ce sujet. À partir de divers documents mensongers ou trompeurs, les candidats devraient rédiger un protocole de recherche documentaire Internet, et une explication pédagogique de chacune de ces étapes.

 

Second degré

L’enseignement de l’esprit critique doit passer par l’épistémologie : elle permet une réflexion sur les méthodes scientifiques, leur importance et leur bien-fondé. Cette capacité à questionner les sciences et à évaluer les preuves pourra ainsi aider les élèves à comprendre et exercer la démarche scientifique.

Nous proposons donc une modification du cahier des charges du Master, impliquant des compétences de réflexion ou d’explication épistémologique ou sur la discipline, ainsi qu’un ou deux exercices consacrés lors du CAPES de Physique-Chimie, SVT, Mathématiques, Histoire-Géographie, et SES. Des compétences plus précises seront à définir.

 

UNE RÉFORME DE LA FORMATION CONTINUE DU CORPS ÉDUCATIF

 

Dans le cadre du Plan National Formation (PNF), nous proposons de développer les formations en réseaux. Ces formations auront pour but de former des groupes d’enseignement transdisciplinaires entre les enseignants.

De manière pratique, le temps consacré pour l’enseignement de l’esprit critique est actuellement limité. Si nous formons les enseignants à créer des « plans » de formation à l’esprit critique transdisciplinaire, chacun pourra au mieux répartir le travail et les efforts. Les ressources en ligne existantes (MOOCs, vidéos, blogs) sont bien entendu utilisables.

Ces formations seront également l’occasion d’un échange, de retours sur les initiatives enseignantes les plus concluantes. Ces dernières permettront d’incrémenter le contenu des formations.

 

RÉFORME DES PROGRAMMES


Nous proposons d’approfondir les séquences dédiées à l’argumentation en cours de Français, et notamment leur dimension réflexive : les élèves pourraient relever, nommer et analyser les arguments fallacieux utilisés et les effets/biais cognitifs induits par une argumentation. Cela dépasse l’identification des seuls paralogismes : l’utilisation de certains champs lexicaux peut par exemple biaiser la lecture du texte et en faciliter une certaine interprétation au-delà de ce qui est explicitement affirmé. De telles analyses de texte seraient par ailleurs l’occasion d’appliquer l’enseignement de la matière sur des cas pratiques hors du cadre purement littéraire, et ainsi favoriser l’intérêt des élèves pour la matière.

Nous suggérons également un enseignement de la philosophie de la logique durant le secondaire, notamment grâce aux EPI (maths-français), aux cours de Français et de Philosophie, voire de la nouvelle matière proposée par la nouvelle réforme du bac, “Enseignement Scientifique ». Le ministère pourrait demander au Conseil supérieur des programmes de travailler sur ces sujets.

 

PROGRAMME DE SOUTIEN À L’INITIATIVE

De nombreuses possibilités s’offrent dans certaines matières : jeux de rôle en SVT et Physique-Chimie, utilisation des statistiques et des écarts-types pour montrer que les anecdotes personnelles ont peu de valeur scientifique en mathématiques… Le contenu des programmes des matières scientifiques permet théoriquement l’enseignement de la démarche critique. À ce jour, les études et les connaissances qui permettraient de mettre en place de telles modifications de programmes dans des conditions optimales n’existent pas encore. Nous proposons donc de soutenir l’initiative pédagogique afin de pouvoir mieux généraliser les meilleures approches en sciences mais également dans les autres matières, voire en dehors des cours… Les initiatives se feraient prioritairement sur le temps consacré à la matière « Enseignement Scientifique », ainsi que sur le temps des EPI en collège ou dans les disciplines respectives des enseignants.

Si nous ne pouvons pas actuellement organiser la création d’une matière ou d’un programme dans les meilleures conditions, nous souhaitons proposer un processus en étapes pour être en mesure de pouvoir proposer dans quelques années un enseignement de la démarche critique de qualité et modèle pour les autres pays du monde.

 

CRÉATION D’UN 20ème GROUPE D’ÉTUDES ET D’EXPERTISE AU SEIN DE L’IGEN

Il existe actuellement 19 groupes d’études et d’expertise au sein de l’IGEN portant sur différentes thématiques transdisciplinaires. Nous proposons la création d’un 20ème groupe portant sur l’enseignement de l’esprit critique, chargé de coordonner et de valoriser l’initiative enseignante.

La création d’un groupe d’études et d’expertise ne relevant pas officiellement de la compétence du Ministère, il s’agirait plus d’une recommandation faite à l’IGEN.

Le premier travail de ce groupe consistera en la définition de ce qui forme la démarche critique et des compétences que chaque élève devrait maîtriser à la fin de son parcours. Ces compétences seront fondées sur les trois pôles définis par la SFR Pensée critique (Santé, Epistémologie, Pensées radicales). Cette phase de consultation sera une occasion d’offrir un premier contact entre les inspecteurs, différentes associations de transmission de l’esprit critique et le monde enseignant. Cette consultation devra donc se faire de façon collaborative, si possible à travers une plateforme numérique et coordonnée par l’Inspection Générale.

Il devra aussi établir avec des chercheurs un protocole-type d’évaluation des initiatives. Il coordonnera par la suite les initiatives du corps éducatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *