Esprit critique & Autodéfense intellectuelle

Description

Notre pensée emploie des raccourcis très performants mais qui comportent des erreurs typiques désormais bien identifiées : les biais cognitifs. En vertu de cela, des ingrédients cognitifs peuvent rendre certains discours faux très séduisants, car il n’y a pas de force intrinsèque des idées vraies.

La pensée critique passe par l’examen de nos présupposés sur le monde, et par la déconstruction de nos schémas intuitifs. C’est d’abord une pensée contre soi-même puis un moyen de se défendre contre les énoncés trompeurs et les manipulations.

L’objectif est de construire une autodéfense intellectuelle où les personnes deviennent capables d’utiliser les outils de la pensée critique en dehors des contextes habituels de l’application des sciences.

La zététique (du grec zêtein : examiner, chercher) est historiquement l’investigation scientifique des théories controversées, des phénomènes dits « paranormaux », surnaturels ou extraordinaires, ainsi que l’analyse des concepts non décrits par la science actuelle : pseudosciences, interactions science-religion ou science-idéologie, médecines dites alternatives, dérives psychologiques, scénarios conspirationnistes, archéofiction… Ce faisant, elle est une didactique des sciences.

Seront abordés les spécificités de la démarche scientifique, des notions d’épistémologie, les illusions sensorielles et cognitives, les pièges du langage, les biais cognitifs, la notion de preuve ainsi que les grands types de raisonnements erronés.

Cadre

  • Nombre de participants : 12-20
  • Publics : Tous
  • Prérequis : Aucun
  • Durée : Modulable (de 1 à 4 demi-journées consécutives + ½ journée de retour d’expérience)
  • Intervenant : Thomas C. DurandDocteur en biologie, vulgarisateur, vidéaste, directeur de l’ASTEC. Auteur du blog La Menace Théoriste (membre du Café des Sciences) et de la chaîne La Tronche en Biais.

Objectifs visés

  • Identifier les principaux biais cognitifs, et les grands types d’erreur qu’ils produisent.
  • Connaître les spécificités de la méthode scientifique : comment sait-on que l’on sait ce que l’on pense savoir ?
  • Maîtriser les outils de la pensée critique (rasoir d’Ockham, Théière de Russel, Maxime de Hume…)
  • Reconnaître les rhétoriques fallacieuses.

Pédagogie mise en œuvre

  • Expérimentation via des illusions d’optiques et illusions cognitives.
  • Jeu de débat argumentatif (débat mouvant)
  • Expériences avec les participants sur leurs propres biais de perception et de raisonnement.

Besoin d'informations ?

Les champs marqués par * sont requis